Avec classe

L’ADN d’une image pédagogique et son impact sur l’apprentissage (1/2)

Tout au long de cet article, le terme « image » englobe l’ensemble des expressions picturales que nous côtoyons au quotidien : illustrations, graphiques, photos, vidéo, schémas, etc.

Vous êtes passé maître dans l’art de dire les choses. En présentiel, tout comme à distance, vos séances de formation portent vos messages pédagogiques jusqu’aux confins des hémisphères cervicales de vos étudiantes et étudiants. Tous s’accordent pour dire que vos cours sont le théâtre de votre éloquence.

Mais voilà, il vous semble qu’en ajoutant des illustrations cela pourrait augmenter l’efficacité de votre message pédagogique. Vous ne savez pas par où commencer et surtout vous ignorez quelles illustrations choisir. Réjouissez-vous, vous êtes au bon article! Nous vous proposons un regard « rayon-x » sur l’image pédagogique, une sorte de plongeon dans l’infiniment petit jusqu’à son ADN.

Les lignes qui suivent – inspirées du livre de Clark et Lyons (2004) cité en référence de cet article – vous donneront des bases solides pour construire votre grille d’analyse personnelle. Ainsi, lorsque viendra le temps de choisir les images pour supporter votre message pédagogique, vous aurez un œil scrutateur averti!

Trois facteurs qui confèrent son efficacité à une image pédagogique

Qu’elle soit jolie, animée ou pas, simplifiée ou détaillée, une image ne servira vraiment votre cause pédagogique que si elle est au carrefour de trois facteurs.

Une image en accord avec vos cibles d’apprentissage

Il faut que vous soyez au clair avec les cibles d’apprentissage que vous avez l’intention d’atteindre dans votre formation. Que souhaitez-vous que les personnes étudiantes soient en mesure de retenir ou de faire avec cette image? Leur fournira-t-elle un support mnémonique pour faciliter le rappel des connaissances? Sera-t-elle en lien direct avec le contenu de votre formation ou plutôt en périphérie? Pourra-t-elle contribuer à la construction du modèle mental d’un phénomène ou d’un concept de votre formation? Votre intention pédagogique doit être votre principal critère dans votre grille d’analyse pour la sélection d’une image.

Une image qui tient compte des profils des apprenants

Ce n’est pas parce qu’une image a eu un bon effet auprès de certaines personnes qu’il en sera de même avec d’autres. Deux raisons majeures expliquent l’impact d’une image chez les individus : leurs bagages notionnels et leurs habiletés à décoder l’image. Des personnes étudiantes qui ont une bonne connaissance de base d’un sujet n’auront pas les mêmes besoins iconographiques que des personnes débutantes. Dans certains cas, l’image peut s’avérer inutile ou même nuire à l’efficacité de votre message. Par exemple, des personnes étudiantes de 2e ou 3e cycles universitaire n’auront pas besoin de l’illustration descriptive d’un concept qu’ils ont déjà étudié antérieurement. Leurs collègues du premier cycle pourraient cependant s’y accrocher fortement.

Il arrive aussi que certains individus rencontrent plus de difficultés à décoder le sens d’une image. À l’opposé, on peut supposer que des générations plus jeunes soient plus à l’aise avec l’image. Par conséquent, il faut répondre à des questions comme : mon choix d’image tient-il compte de l’expérience et de l’âge de mon auditoire? Mes images se retrouveront-elles sur des supports technologiques mobiles (ex. : cellulaire, tablette, montre)? Devrai-je tenir compte de plusieurs générations dans mon choix de visuel pédagogique?

Une image avec certaines caractéristiques physiques

La vidéo est idéale pour démontrer le mouvement, tout comme le schéma excelle à mettre en évidence l’essentiel d’un objet ou d’une procédure. Les caractéristiques physiques d’une image fixe, animée ou virtuelle peuvent influencer la perception et la rétention du message qu’elles véhiculent. Mais au-delà de son allure, l’image a un rôle ou une fonction à la fois communicationnelle et psychologique. Servira-t-elle à démontrer une transformation ou sera-t-elle strictement décorative? Attirera-t-elle l’attention ou favorisera-t-elle le transfert des compétences vues au cours? Nous aborderons plus en détails ces deux dernières particularités dans la seconde partie de cet article [NDLE: à paraître en février 2022].

Vous l’aurez sans doute compris : il n’existe pas de recette magique dans le choix d’images pédagogiques. Toutefois, avec la connaissance de votre clientèle étudiante, la compréhension des rôles que prennent vos images et la précision de vos cibles de formation, vous pourrez joindre à l’éloquence de vos propos la pertinence de vos images pédagogiques.

Référence

Clark, R. C. et Lyons, C. (2004). Graphics for Learning : Proven Guidelines for Planning, Designing and Evaluating Visuals in Training Materials, Pfeiffer Ed., San Francisco, California, 504 p.


Articles Similaires

Miser sur l’expérience professionnelle des étudiants adultes

Catherine Vallières

De l’apprentissage expérientiel dans mon cours?

Mélanie Cabana

Encourager la participation en classe

Perspectives SSF

Ajouter un commentaire