Profession citoyen

Développement durable dans la formation : une stratégie institutionnelle pour former des personnes étudiantes branchées sur notre monde

Face aux nombreux enjeux relatifs au développement durable que nous rencontrons déjà  – crise climatique et perte de biodiversité, inégalités croissantes, transition de nos économies au regard de ressources limitées -, l’Université de Sherbrooke entend accentuer la place que prendront ses diplômés et diplômées dans les transformations requises pour un monde plus responsable.

C’est ici que l’intégration du développement durable dans la formation prend tout son sens et ce qui explique que l’Université en ait fait une de ses stratégies institutionnelles des prochaines années. Cette stratégie inscrite à l’intérieur du plan 2022-2025 lancé récemment par le recteur s’appuie sur des efforts qui ne datent pas d’hier, puisque la réflexion et les actions sont entamées depuis plusieurs années.  En effet, déjà en avril 2019, un Forum sur l’écoresponsabilité dans la formation était organisé dans le cadre du Mois de la pédagogie universitaire (Bisaillon, 2019) et attirait quelque 70 personnes, issues de toutes les facultés et occupant diverses postures, autant étudiante, enseignante ou professionnelle en appui à la pédagogie. À cette occasion, plusieurs initiatives déjà existantes et pistes de réflexion ont été évoquées pour amener à bonifier les parcours de formation.  Une des conclusions importantes de l’activité fut d’insister sur le signal clair que devait lancer l’institution afin d’en faire un engagement stratégique; c’est exactement là où nous en sommes trois ans plus tard!

Une stratégie institutionnelle qui s’inscrit dans la continuité et dans la formation attendue par les personnes étudiantes

Plusieurs initiatives ont déjà cours dans les programmes et rendent bien compte du fait que l’intégration du développement durable dans la formation est une vision tout à fait cohérente qui s’inscrit d’une part dans une suite logique d’un processus historique, et qui d’autre part s’ancre dans la vision que se font nos étudiantes et étudiants de leur formation.

En effet, au trimestre d’hiver dernier, un sondage sur la culture du développement durable était déployé à l’intention de l’ensemble de la communauté universitaire.  À ceux et celles qui répondaient avec un statut étudiant, la question suivante était posée : « À vos yeux, à quel point est-il pertinent que votre formation à l’UdeS vous permette de développer des aptitudes et compétences en matière de DD? » Parmi les 1208 personnes répondant à cette question, plus de 90 % des réponses alliaient « très pertinent » ou « pertinent », allant de 88 % à 94 % selon les facultés.

Comment, comme personne enseignante ou responsable de programme, ne pas se sentir interpellé par ce contexte?  En effet, l’actualité nous bombarde de défis sociétaux à relever, les personnes étudiantes ont des attentes manifestes par rapport à leur formation et l’institution en fait une priorité stratégique.

Mais voilà, comment faire? Telle est la question! 

À cette interrogation, assumons d’emblée qu’il n’y a pas qu’un chemin unique.  Celui qui sera porteur sera celui 1) qui nous mobilise et nous motive et 2) qui est taillé sur mesure pour notre contexte.  Par contre, il existe un préalable incontournable : sentir qu’on est interpellé par le développement durable, qu’on en est une partie prenante essentielle.  Au-delà des débats d’initiés sur le concept même, n’oublions pas que très souvent le développement durable est réduit aux enjeux environnementaux, voire à la tâche de recycler ses matières résiduelles. Pourtant, le développement durable se définit à la croisée des enjeux sociaux, économiques et environnementaux etse sentir appelé par cette vision sociétale, donc en saisir la portée, est la première des clés vers l’action.

Les ODD : un portrait des enjeux qui touche toutes les disciplines

Pour nous aider à réfléchir et illustrer les enjeux qui peuvent nous guider, les Nations Unies nous fournissent un agenda du développement durable à l’horizon 2030, agenda meublé de 17 grands objectifs (les objectifs de développement durable (ODD)).  Ces ODD ont le mérite de brosser un portrait complet de cibles spécifiques à atteindre pour 2030, mais ont surtout la grande qualité d’illustrer les grands enjeux du développement durable qui sont ainsi répartis dans les domaines de l’environnement, du progrès social, et également des conditions économiques qui permettent l’action.

Les objectifs du développement durable

Un survol rapide de ces 17 objectifs révèle que chacun des programmes peut intégrer de façon pertinente plusieurs des ODD dans la formation. Ces 17 objectifs permettent également de réaliser à quel point chacun des programmes de formation offert par notre institution y trouve sa pertinence. Concrètement toutefois, la façon d’intégrer le développement durable dans la formation doit se réfléchir de manière spécifique à la réalité de chaque programme.  Ainsi, les ODD ayant été conçus de manière intégrée les uns avec les autres, ils constituent un prisme par lequel il est aisé d’amener les étudiantes et étudiants à déployer une vision éclairée et systémique des enjeux propres à leur discipline, une voie de passage importante vers une société plus responsable.

Heureusement, on peut par ailleurs identifier des pistes d’intégration du développement durable dans la formation qui convergent avec les méthodes pédagogiques souvent très appliquées qui caractérisent plusieurs programmes de notre institution.  La littérature sur l’éducation au développement durable dans l’enseignement supérieur (Réseau de solutions pour le développement durable, 2020) suggère en effet de mettre de l’avant des activités d’intégration et des méthodes d’apprentissage expérientielles.  Ces méthodes sont reconnues comme favorables au développement d’une vision interdisciplinaire et (encore une fois) systémique des enjeux qui nous préoccupent et mènent au développement de compétences qui habilitent à travailler en faveur d’un ou plusieurs des ODD.

Des pistes de réflexion et des ressources pour intégrer le développement durable à vos cours

L’UNESCO a également contribué à la réflexion sur les compétences du développement durable en produisant en 2017 une analyse identifiant 8 compétences-clés à développer chez les personnes étudiantes :

  • capacité à anticiper,
  • compétence sur le plan normatif,
  • compétence sur le plan stratégique,
  • collaboration,
  • réflexion critique,
  • connaissance de soi,
  • analyse systémique et, finalement,
  • résolution intégrée de problèmes complexes.

On retrouve dans ces compétences une corrélation importante avec de nombreuses stratégies d’apprentissage déjà en place dans les programmes de notre institution.  On peut ainsi conclure que d’intégrer le développement durable à la formation n’est pas si complexe à réaliser; l’enjeu étant davantage de travailler avec ce qui est déjà en place pour ajuster par exemple des consignes de travaux, en bonifiant des mises en situation ou en élargissant la portée des tâches à réaliser par les personnes étudiantes afin d’embrasser de nouvelles dimensions, en nous inspirant de certains ODD.  Ces modifications amèneront les personnes étudiantes à envisager les situations d’apprentissage dans un contexte davantage systémique, plus propice à saisir les liens entre les enjeux.

Pour appuyer le personnel enseignant, une conseillère pédagogique dédiée à l’accompagnement en développement durable, Marie-Sara Soukpa (Marie-Sara.Soukpa@USherbrooke.ca), est en poste au Service de soutien à la formation et est disponible pour soutenir la réflexion, conseiller sur les enjeux et opportunités qui s’offrent aux programmes et aux activités pédagogiques et accompagner dans la tâche de repérer ou produire du matériel pédagogique.

De plus, le Fonds d’innovation pédagogique (FIP) est disponible pour appuyer des projets ayant pour objectif d’intégrer le développement durable.  Le concours 2023-2024, qui sera lancé sous peu, comportera d’ailleurs ce défi parmi ses thèmes privilégiés.  Une belle occasion de s’adjoindre des ressources pour réfléchir aux opportunités offertes dans les programmes!

En somme, le défi est clair, le contexte est propice, du matériel est disponible, et des leviers humains et financiers existent. La porte est ouverte à la réflexion et l’invitation est lancée : notre société est aux prises avec des enjeux complexes, donnons toutes les chances aux personnes étudiantes d’y jouer un rôle significatif et inspiré. Reste à passer à l’action en usant de créativité.

Sources

Bisaillon, Véronique (2019). L’écoresponsabilité dans la formation : retour sur le forum du 19 avril 2019, Perspectives SFF, 1er juin 2019.
Réseau de solutions pour le développement durable (2020) Accélérer l’éducation aux ODD dans les universités. Traduit par l’Institut EDS de l’Université Laval.

UNESCO. (2017). L’Éducation en vue des Objectifs de développement durable : objectifs d’apprentissage – UNESCO Digital Library.

Articles Similaires

La valeur ajoutée du libre ou la gestion écoresponsable des connaissances

Véronique Bisaillon et Marianne Dubé

Agir. Réfléchir.

Véronique Bisaillon

Libérer ou ne pas libérer? Pistes de réflexion pour favoriser des décisions optimales

Ajouter un commentaire