À propos

Avez-vous réussi vos études?

La réussite des études en enseignement supérieur est un sujet relativement délicat, car il réfère naturellement à l’accès aux études, à la persévérance et à la diplomation.  Par contre, la réussite étudiante est très souvent associée, à tort ou à raison, à un nivellement par le bas.  Elle est périodiquement débattue, et ce, peu importe l’ordre d’enseignement.  Sa définition même est régulièrement au cœur de vives discussions. 

Cela a justement été le cas lors de l’évènement J’ose transformer propulsé par l’Accélérateur Entreprenarial Desjardins (AED) où des personnes de tous les milieux se sont rassemblées pour discuter d’enjeux concernant l’Éducation. Trois thèmes ont émergé, tous en lien avec la réussite : l’inclusion, le plaisir d’apprendre et la vision de la réussite souvent axée sur la performance. C’est lors de ces échanges, animés par une passion pour l’éducation, que la complexité du terme, ainsi que les sens particuliers qu’il revêt, ont mis en lumière l’importance d’une vision commune pour la mise en place d’actions pour la concrétiser.

Quand on parle de réussite, on parle bien souvent de plus que les résultats scolaires; on parle de divers sentiments. En effet, la réussite peut engendrer un sentiment de fierté, soit celui d’avoir acquis des connaissances et d’avoir développé des compétences. Il peut s’agir d’un sentiment de satisfaction à l’égard de la réalisation de son projet d’études et de son parcours, ou encore d’un sentiment d’accomplissement, après avoir développé son plein potentiel, et ce, sur plusieurs plans. Enfin, on peut parler d’un sentiment de dépassement de soi pour avoir réussi un défi dont les standards étaient élevés. Cette perception de la réussite rappelle la définition tirée du Plan d’action pour la réussite en enseignement supérieur 2021-2026, axée sur un projet personnel comportant de hauts standards qui apporte une valeur ajoutée à la personne ou à la société (Gouvernement du Québec, 2021). Considérant cette vision de la réussite, croyez-vous avoir réussi vos études?

Que la réponse soit négative ou positive, on peut se demander aux yeux de qui elle l’est. Vos parents, vos amis, votre partenaire, vos collègues, les médias sociaux… Vous-même? Il semble clair qu’un biais de désirabilité sociale pourrait teinter votre vision, mais selon quels critères? Les résultats, les notes, les diplômes… La qualité de l’expérience?  Une chose est certaine, cette vision change, évolue et progresse au rythme de la société.

Imaginez l’école de demain qui favoriserait davantage la réussite pour toutes et tous, En éducation, nous avons surtout une obligation d’offrir des moyens de favoriser la réussite.  Ne devrions-nous pas alors parler d’accès à la réussite?  La littérature scientifique et de nombreuses consultations proposent déjà des pistes de solutions, notamment :

  • Mettre en place des actions pour agir dès les premières semaines au début des classes;
  • Offrir rapidement du soutien aux personnes étudiantes grâce à un dépistage précoce;
  • Enquêter sur les raisons d’abandon des personnes étudiantes pour mieux répondre à leurs divers besoins.

Voir la réussite comme une responsabilité partagée pour que les personnes enseignantes et étudiantes travaillent de concert en multipliant les rétroactions de part de d’autres permettrait aussi d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage. De plus, la valorisation de l’enseignement pourrait motiver davantage les personnes enseignantes afin qu’elles s’adaptent à la diversité de la clientèle étudiante par des pratiques pédagogiques intégratrices, engageantes et diversifiées. Ce changement de perspective pourrait-il permettre aux générations futures d’affirmer avec fierté : « Oui, j’ai réussi mes études »?

Articles Similaires

Le SSF n’est plus ce qu’il était

Jean-Sébastien Dubé

Cohorte 2021: Sommes-nous prêtes et prêts à les accueillir?

Stéphane Roux

Composer avec les émotions suscitées par l’expérientiel?

Stéphane Roux

Ajouter un commentaire